A Beginners Guide to Caliber

If you are going to purchase a gun for you then take a look at our article. This may probably help you to take your decision wisely and correctly because buying a handgun for the first time is an important task on its own. You must possess with some relevant and basic details about the handgun which you are going to purchase so that instead of relying on the salesman’s choice and opinion, you may select as per your need and choice. But first, please make sure that you are competent to own a gun. As per the law of our country, not every person can have a gun unless and until he proves that he is competent and worthy of the same and owning a gun is actually his need. So let’s discuss the features and qualities of the different type of guns. As we all know, there are some good or some bad guns available in the market( for gun safes, review gunsafereview.net ) but the question is arising, what kind of quality and design you are asking for. Selecting a semi-automatic gun can become easier if you know that what kind of features you want in the gun. You may also improve your knowledge about handguns by refereeing some magazines and online research. You will get to know about many shiny and new guns with some amazing attributes and features.

What is ‘CALIBER’?

So what exactly the meaning of the word caliber? Caliber is a term which is used for the measurement of the diameter of a bullet. It is a portion of the cartridge which is going out of the barrel of the shotgun. If you are looking for high occupancy gun safes, here are the list of  best gun safe under $1000. You can call it either a cartridge or around. Both are one and the same thing and can be used interchangeably. This is the exact object which makes a gun to operate well. There are many gun forums available which make a large and big Caliber in order to provide more power of stopping, especially for bigger bullets.

Types of Caliber:-

There are around three Calibers for the cartridges of a semi-automatic gun. These are available in small as well as in large size as per the requirement. The naming of those calibers is as 9mm, 40 S&W, and 45 ACP. Though there are many kinds of calibers available these are the major three calibers. As you are a new beginner with a gun then, these are more than enough for you. But make sure that the cartridge you use for a handgun must have the same markings which are stamped on your handgun. So, as per the suggestion of our article, you should certainly purchase a gun which has the cartridge of 9mm in size. This is also called a luger or can be said as Parabellum.

Use of Caliber:-

Caliber is mainly used for stopping an adversary incident. Out of these three calibers which are discussed above, 9mm caliber is having the lowest amount of recoil. This makes a controlled fire in a very short span of time. As most probably people using a handgun just for a self-defensive purpose so the use of 9mm caliber let you target the object in a shorter period of time. Hope that our article can make you take a wise decision while making the selection for your handgun.…

Read more

Longueuil MPs in defense of Quebec citizens and interests

Communicated

Diane Lamarre, Member of Parliament for Taillon, Bernard Drainville, Member of Parliament for Marie-Victorin and Martine Ouellet, Member of Parliament for Vachon, gave an overview of the parliamentary session in which the official opposition was constructive and effective in serving citizens and The interests of Quebec.

“Contact with citizens is what inspires us, which gives meaning to our commitment and motivates us to offer responsible, constructive and effective opposition. Several times, during the session, we reached out to the government and offered our cooperation, “said MEPs at the outset.

The impacts of liberal austerity

The member for Marie-Victorin, Bernard Drainville, recalled that the austerity of the Liberals is hurting the people of Longueuil, as much by increases in rates as by cuts to services to citizens. “One thinks of the abolition of staff at the Marie-Victorin School Board, whose abolition of more than 50 jobs will inevitably affect the quality of services to students. Place Rive-Sud, among other things, also has its budget cut, which forces the organization to reduce its staff and thus weakens the services offered to the integration of women in employment. ”

In addition, the Official Opposition critic for energy and natural resources also quotes Hydro Québec: “The Crown Corporation increases its tariffs by 2.9%, imposes a fee of 67M $ For meter reading, while smart meters no longer need it, and imposes an annual interest rate of 14.4% on Quebec families, many of them in Longueuil, who struggle to pay their bill of exchange, electricity. Meanwhile, the Crown corporation brings premiums back to Hydro Quebec executives and senior executives, pays a princely rent of $ 450,000 to its former executive, and allows itself to liquidate a new turbine from $ 80 million to $ 75,000 ! It does not make sense. The Liberals must stop charging Quebeckers for an ideological management of public finances. ”

Health and accessibility to care

The Member of Parliament for Taillon, Diane Lamarre, was particularly interested in health and accessibility issues in her report on the parliamentary session. “In health, Minister Barrette demonstrates how remote he is from the real concerns of Quebeckers, their despair at the difficulties of access to the health system. We denounced his decision to award $ 210 million to 9,000 specialist physicians, while he only booked $ 208 million for the entire responsible health network for 8 million Quebecers. We have highlighted the maintenance of the physician premium for the simple registration of a patient when the minister declared it indecent last fall. When I looked at the estimates, I denounced the rent increases that the minister wanted to bring to the residents of the CHSLDs. He had to step back and I am proud to have been able to avoid those increases that exceeded the indexation for those accommodated. He agreed with our recommendations on the limitation of assisted human reproduction that he wanted to impose, “said Diane Lamarre.

“We acted with rigor and vigilance. It is not because the minister speaks loudly that he is right. I defend the interests of Quebeckers and my fellow citizens of Taillon vigorously. Since the arrival of the Liberal government, there has been no improvement in access to health care and the minister is asking us to wait another two and a half years. If the waiting time at the Hôpital Pierre-Boucher emergency room went from 22:24 to 24h06 in the last year, it was because the Liberal government did not increase access to the first line and the support home. This government exercises a selective austerity that particularly attacks health and education achievements. We will continue to be vigilant and propose changes so that Quebeckers can have better access to our health network,

Transport, electrification of transport and maritime strategy

“It is distressing to see the Couillard government’s flattering attitude toward Ottawa. Whether it is the unilateral decision of the Harper government to impose a toll on the Champlain Bridge or the maritime strategy that will remain incomplete without an agreement with the federal government, it should come as no surprise that the Liberal government does not Quebec because it does not ask for anything, “said Martine Ouellet. She also denounced this situation on several occasions during the parliamentary session and stressed that “when Quebec is an independent country, all the decisions concerning it will be taken by elected representatives of Quebec”.

Martine Ouellet has also defended taxi drivers who are victims of UberX’s unfair competition and demanded that the Liberal government take action to stop this illegal practice. “Unfortunately, Poéti’s inaction weakens the financial security of thousands of families. The government has also been lax in approving the significant increase in the cost of crossing the highway PPP bridge to the detriment of less fortunate users, “said Vachon.

“This parliamentary session demonstrated that the Parti Québécois is the only possible and plausible alternative to the current government. We have proposed bills that are tied to the concerns of citizens: the bill on the creation of a Parliamentary Budget Officer position, and I tabled the “zero emission” bill for the availability of electric cars in Quebec. Stressed Martine Ouellet.

Martine Ouellet also has at its annual tour on water conservation in schools, met with students from 5 th year of the School of Iberville, and home of citizens is always open for exhibitions, including On the history of the flag of Quebec during the month of January and subsequently the circle of painters embellished the walls of the house of paintings of 13 artists.

MEPs recalled that the population can count on the Parti Québécois team “for austerity to give way to ambition, success and hope”.

Happy National day !

The three MEPs, in closing, thanked their fellow citizens for their confidence and support. They also took the opportunity to wish a very beautiful National Holiday to all Quebeckers.


SOURCE:

Frédéric Côté
Political Attaché of Diane Lamarre
450-463-3772

Stéphane Jolicoeur Political
Attaché of Bernard Drainville
450-651-9365

Patrick Ney
Political Attaché of Martine Ouellet
450-676-5086…

Read more

Bernard Drainville welcomes the rallying leadership of Serge Basset

Communicated

On May 21, Mr. Bernard Drainville presented the medal of the National Assembly of Quebec to Mr. Serge Brasset to highlight the commitment and dedication of the CEO of Édouard-Montpetit. After more than nine years in the management of CEGEP and nearly 40 years in the service of education, Mr. Brasset will retire at the end of this school year.

The member’s inscription on this medal recalls the recognition and appreciation of the young people and the people of the region: “To Serge Brasset who gave us so much. Example of dedication and public service. Your leadership was beautiful, laughing, inspiring. “In addition to his eloquent career in the college network, Mr. Brasset has been heavily involved in numerous boards of directors, including the Chamber of Commerce, The Aeronautics Technology Center, the Montérégie Labor Market Partners Council, Longueuil Economic Development, the Théâtre de la ville and the United Way. He has also created the Cégep Édouard-Montpetit Foundation, which has raised over $ 10 million since its creation in 1994.

“Serge has a unifying leadership. Close to people, it is always there to encourage students and employees. He participates actively in activities, competitions, fundraising campaigns. I am convinced that it has inspired many young people, but also leaders and stakeholders in our region. It is always inspiring to be with such dynamic and dedicated people. I thank him from the bottom of my heart for his impressive contribution to the CEGEP and to our community, “says Bernard Drainville.…

Read more

450,000 young people will finally be able to vote at their educational institution

To view my press conference in full

Hello everybody,

I thank you all for coming. There is no easy way to say what I am about to say now: I am announcing that I am today leaving my position as Leader of the Official Opposition and Member for Marie-Victorin to raise a new challenge. This is not a decision I made on a whim. I thought it over.

The departure of Pierre Karl, I will not hide from you, gave me a blow. We formed a tandem, a team. I understood our direction, I understood the role I had to play and I completely adhered to Pierre Karl’s vision. His departure was a bit my start signal. It is time to move on.

I think I was a good soldier, a good member of Parliament, a worst minister and a good leader of the Official Opposition. The idea of ​​public service has always been at the heart of my commitment. I always said that journalism was my public service. And that politics was the continuation of my public service, but otherwise.

I think the time has come to return to my former loves: the world of communications. I would like to confirm that I have enthusiastically accepted to join the 93.3 FM team as co-host of the noon show. I shall have a great liberty; I shall be able to express myself on all subjects without fear of putting my party in a state of confusion.

I think I will enjoy sharing my ideas, talking to listeners, sharing my experience as a politician, showing the undertones of some decisions, explaining behind-the-scenes games and popularizing politics. I think I can be helpful in that role. That Cogeco offers me a forum like this is a chance that I can not miss. It was not something I had planned. In any case, in the short term. There is an alignment of planets and I come to the conclusion that this is where I can be most useful for the rest of things. Frankly, I am very excited about this new challenge.

You know me now. After almost 10 years of political life, you know who I am. One can not be constantly in the limelight without remaining true. It is not long that the world sees through you if you are not true. For me, life is a struggle, but political life is even more so. I used to put on my belt, which made a metallic clang, and I felt that I was putting on my armor before going down into the trenches with my sword to fight the liberal hordes. I admit that there is a chivalrous and idealistic side in it but I assume myself completely. I assume my fighting side, pugnacious, a little extreme sport. I like it when it’s brewing, because that’s how ideas are put forward. But I am not sure that this type of policy is in the air. And it’s okay.

In the end, as much as blowing in the Cacanne and having blows of mouth, as well have them on the radio. That is what I am saying.

What most distresses me is leaving the people of Longueuil.

Being a member of Parliament for Marie-Victorin for almost ten years has been a truly incredible experience. Magic. I really like my world in Longueuil. They will never know how grateful I am to them. What we have accomplished together, what I have seen of commitment, generosity, devotion in this county, it says beautiful things about Quebec and Quebeckers. One is of the world that stands. That exists, solidarity. I have witnessed it every day in Longueuil, in Marie-Vic.

And I want to say to the people of Longueuil: I love you and I thank you for the confidence you have shown me over the last ten years, including four elections. I was really attached to you and you will miss me. But I have to go. I have to redefine my commitment to public service. I have given a lot, then I can still give a lot but for the future, it will be elsewhere than in politics.

Politics is hard. Especially the way I practice it. I can be blamed for many things, but I have not been a tourist in politics. I fought there.

And I’m proud of the fights I’ve waged.

Democratic reforms: the reform of the financing of political parties that put an end once and for all to the power of money and the influence of the major fundraisers.

One hundred dollars maximum is democratic !, and a state funding based on electoral results, proportional funding. It just remains to give itself the voting method that goes with it.

Fixed date elections that will be tested for the first time in 2018.

Voting on campuses for our youth.

The end of the applause to put a little order to the question period. I did it with all the other members of the National Assembly.

And even if it was the Liberals who finally voted for it, the end of the starting bonuses for the members who have resigned. I am pleased to confirm that I am not entitled to a severance grant and that is fine, because, as I have already stated a thousand times, a resigning member should not be rewarded.

I fought hard to get rid of the damned bonuses for departing MPs. The Liberals blocked my bill but they ended up voting it once in power. So we must never lose hope.

I am proud to have contributed to improving our democracy. It was a great team effort. The $ 100 was also Nicolas Girard, Nicolas Marceau and the PQ team Marie-Victorin.

And there was the Charter as well. That was something, the charter. It was the occasion for a great debate of ideas in Quebec, the charter. Secularism for me is a democratic principle.

No matter who you are, no matter what your beliefs, origins, regardless of whether you are a woman or a man, no matter what your sexual orientation, no matter where you come from, you are entitled to your beliefs and the state must Protect your right to have your beliefs or your non-beliefs.

That’s why I said that secularism is the guardian of diversity. Diversity of beliefs and religions. Secularism as a protector of freedom of conscience. Secularism guaranteeing equality among all citizens. Was it challenging the charter? Too demanding? I do not find. When you are serving your fellow citizens, it is your public service that must prevail, not your convictions or your personal beliefs. So yes, secularism comes from a demanding conception of public service. I will not apologize for that. I have a high conception of public service.

This diversity of beliefs that I wanted to protect with secularism corresponds exactly to my conception of the Quebec nation. All Quebeckers, all Quebecers, no matter where we come from or the color of our skin.

The diversity of Quebec today is a wealth. That is one of the great strengths of our identity. We are a nation with Quebeckers coming from all over the world. I’m tripping over it. But this identity, this diversity, it also needs a common foundation. It is our language, it is our culture, it is our history, it is our values, it is the equality man / woman. And I wanted it to be secularism too. And I note that nothing is settled and that this battle will have to continue.

And I trust that one day Quebecers will come to the conclusion that the best way to ensure the future of our identity, our nation, is independence. And that day I will be there and I will serve as I have done all my life.

If I was a good member of Parliament, a good minister and a good leader, at least to the best of my abilities, it was because I was well surrounded.

Politics is a team sport and should never be forgotten.

All this work during all the time I was in the National Assembly, I could not have done without loyal, intelligent, dynamic people of the damned good world. I had a team in my absolutely extraordinary constituency, devoted parliamentary teams and two formidable cabinets: Stéphane, Martine, Lysiane, Catherine, Diane, Amélie, Marie-Hélène and Francesca. Louise Andrée, Eric, Manu, Julie-Maude, Mathieu, Bryan, Jacques and Gilbert my deputy ministers, Raffie, Simon TD, Carl and Genevieve. Thank you. It’s thanks to you if we were good. Not to mention the exceptional gang of my leadership race with FloFLo, Gobi, Marie-Michelle, Serge, Marc and all the others … I would not change anyone. It was perfect. Thanks to my world. You are solid world and I really love you very much.

I am proud to have been a member of the Parti Québécois. It’s a great party that has done so many great things. It was my dream to be a member of the PQ, from that party that gave us René Lévesque my hero, and who gave us great leaders like Parizeau and Bouchard, and leaders I loved like Pauline Marois, Pierre Karl Péladeau and my friend Sylvain Gaudreault.

I am also proud to have been a party that counts on the most extraordinary militants. In particular those of Marie-Victorin.

I do not leave for family reasons. But on this day a little sad for me, I admit that I am happy to find my family. My Lambert, my Rosalie, my Matisse, who is not present because he is under examination. And my Martine.

I do not leave for family reasons but I stayed because of family reasons. Without the unconditional support of Martine, I would never have been able to last in politics. There was not a day when she was not there. Magnet, strong, generous. All I could do in politics was thanks to you, Martine. All.

When I was in the National Assembly, you were going to the parents’ meetings, you were having supper, homework, barouettes in soccer, hockey and everything else. Because I could not. It was your activism. It was your way of giving Quebec. Thank you Pitchoune, I really love you very much.

Today I go home and I will be able to do a little more. In particular, I am an excellent dishwasher. But I know you’d love that I cook a little more.

We’ll work on that.

Thank you all.

Read more

Libérer le Québec du pétrole (Notes d’allocution)

Université de Montréal, 5 novembre 2014

« N’est-ce pas dans le rêve que naissent la plupart des projets qui en valent la peine »
René Lévesque

Merci tout le monde d’être là.

Merci à l’Association des Jeunes Péquistes de l’Université de Montréal qui a organisé l’activité.

Je pense en particulier à Valérie Gobeil, la présidente, et Élizabeth Normandeau, la secrétaire.

==========

Il y a dix jours, j’ai lancé ma campagne au leadership du Parti québécois en m’engageant à mener une campagne positive, rassembleuse et axée sur les idées.

Une campagne – pardonnez-moi l’expression- sans bullshit.

Aujourd’hui, je prononce mon premier discours depuis le lancement de ma campagne.

J’ai décidé de le faire avec vous, ici, à l’Université de Montréal. Parce que je veux vous parler du Québec de l’avenir, celui dans lequel vous et moi allons vivre dans 10, 20 ou 30 ans.

Ce que je vais vous présenter est à la fois ambitieux et nécessaire.

Ce que je propose, c’est que le Québec devienne la première économie sans pétrole, la première économie vraiment verte des Amériques.

Raison de plus pour le faire devant vous parce que ce qui me frappe de votre génération, c’est que vous n’avez aucun complexe.

Cette très grande confiance que vous affichez sur le plan individuel, il est maintenant temps de la projeter sur le Québec tout entier.

Dans la lutte aux changements climatiques, nous sommes, tous et chacun d’entre nous, fiduciaires, gardiens, du fragile écosystème de notre planète.

Ce qui veut dire que nous sommes tous solidaires des efforts qu’il va falloir faire pour diminuer notre production de gaz à effet de serre.

Bref, nous sommes tous dans le même bateau.

Il faut donc se demander : « Qu’est-ce que je suis prêt à faire?

Quelle sera ma contribution ici, maintenant ?»

Il faut aussi se demander : «Comme Québécois, que sommes-nous prêts à faire pour relever ce défi planétaire? »

On a une grande chance au Québec.

Nous avons hérité d’un potentiel d’énergies renouvelables exceptionnel.

La moitié de l’énergie que nous consommons provient d’énergies vertes comme l’hydroélectricité et l’énergie éolienne.

Nous dépendons beaucoup moins du pétrole que beaucoup d’autres nations et, cet avantage, cette force, nous devons l’utiliser pour réduire notre dépendance au pétrole.

Il faut qu’on se donne un plan pour y arriver.

=========

D’emblée, il faut convenir d’une chose : la cause est juste, nécessaire, humanitaire, mais les bons sentiments ne suffiront pas à embarquer nos concitoyens.

Il va falloir qu’on parle à l’intérêt des gens.

Qu’on le veuille ou non, l’intérêt individuel reste encore le plus puissant motivateur de l’activité humaine.

On peut le déplorer, mais c’est ça quand même.

Et l’intérêt dont on parle ici, celui qui peut faire bouger massivement une population, c’est l’intérêt économique.

Je vais être encore plus cru: c’est l’argent.

Il ne faut pas lever le nez là-dessus, il faut au contraire le comprendre et l’utiliser.

Je comprends la motivation d’un étudiant, d’une famille, d’une personne de vouloir en garder le plus possible dans ses poches.

Je viens d’un milieu modeste, mes parents étaient producteurs agricoles, nous étions 6 enfants autour de la table, je suis moi-même père de 3 .… J’ai le respect du travail et de l’argent durement gagné.

Ce qu’il faut maintenant, c’est faire la démonstration que de se libérer du pétrole, c’est payant pour les citoyens, payant pour notre économie, payant pour le Québec et bénéfique pour la planète toute entière.

On doit dorénavant le marteler sans cesse au Parti Québécois : nous libérer du pétrole, c’est payant !

=========

Dit autrement : réduire notre dépendance au pétrole, c’est l’occasion de devenir une société plus riche sur les plans individuel et collectif.

Bien des Québécois ne le savent pas, mais nos importations de pétrole et de véhicules à combustion sont responsables de la majeure partie de notre immense déficit commercial de 29 milliards de dollars (chiffres de 2012).

En 2012, on a importé au Québec 30 millions de dollars de pétrole brut à chaque jour, essentiellement pour nos transports, pour nos camions, nos voitures.

Ça, c’est 30 millions qu’on laisse chaque jour, chez Shell, Ultramar, Esso et les autres.

30 millions qui servent à acheter le pétrole qu’on importe d’Algérie, de l’Angola, de Terre-Neuve, de la mer du Nord…

30 millions qui sortent du Québec à chaque jour et qu’on n’a pas pour investir ici, créer de la richesse ici, créer des emplois ici; de l’argent qu’on n’a pas pour financer nos universités et nos programmes sociaux, par exemple.

30 millions, c’est le quart des frais de scolarité et des frais d’admission que vous, les étudiants, payez à l’Université de Montréal en une année.

Plus d’argent sort du Québec en 4 jours pour acheter le pétrole que tout l’argent que vous payez en frais de scolarité et d’admission en une année.

Bref, notre dépendance au pétrole nous appauvrit.

Faut trouver une façon de s’en libérer.

=======

Notre gros défi au Québec, c’est le secteur des transports.

Les transports utilisent 73% de tout le pétrole consommé au Québec et produisent 44% des gaz à effet de serre.

C’est énorme.

Mais les solutions existent.

En ville, tout commence par des transports en commun confortables, accessibles, efficaces.

À Montréal, le moyen le plus efficace, c’est le métro.

Il y a des projets de prolongement de la ligne bleue, de la ligne jaune et de la ligne orange.

Il faut aller de l’avant.

Il faut continuer à développer notre réseau de transport par trains de banlieue.

Il nous faut un système de train léger sur rail sur le nouveau pont Champlain.

Et il faudra bien, un jour ou l’autre, aller de l’avant avec un système de transport par rail moderne, rapide et confortable dans le corridor Québec / Montréal, car nos transports en commun doivent nous permettre de nous déplacer entre les régions.

Et il faut savoir ceci : en 2012, seulement 20% des investissements en transport du gouvernement québécois allaient en transport en commun, et 80% allaient dans les routes.

Sous le gouvernement du Parti québécois, le ministre des Transports Sylvain Gaudreault a réussi le tour de force de faire passer à près de 30% le financement des transports en commun, d’ici 2020.

Il faut garder le cap et continuer d’augmenter la part du transport collectif.

D’autant plus que ça crée des emplois chez nous, pour notre monde.

Parce qu’investir dans nos transports collectifs, ça signifie miser sur des entreprises d’ici, qui fabriquent déjà des trains, des métros, des autobus.

Je pense aux travailleurs de Bombardier à La Pocatière, aux travailleurs de Novabus à St-Eustache, aux travailleurs de Prévost Car à Ste-Claire de Bellechasse et à plein d’autres entreprises québécoises qui fournissent des milliers d’emplois de qualité, des emplois d’avenir.

====

Évidemment, là, il faut aller encore plus loin.

Il faut électrifier nos transports collectifs.

C’est déjà en marche avec les autobus, qui sont de plus en plus hybrides-électriques.

L’objectif de la Société de Transports de Montréal est d’acquérir seulement des autobus électriques à partir de 2025.

Un prototype d’autobus scolaire électrique est présentement développé à St-Jérôme par l’entreprise Autobus Lyon.

Il sera équipé du moteur électrique de l’entreprise québécoise TM4 et devrait transporter ses premiers élèves dès 2015.

Le gouvernement du Québec et les villes doivent donner l’exemple en convertissant progressivement leur flotte de véhicules à essence en véhicules électriques.

Les grandes entreprises devraient aussi convertir leur flotte de l’essence à l’électrique.

J’aurais envie d’ajouter le gouvernement fédéral, mais je l’ai dit au début : pas de bullshit

Alors oui, on va convertir la flotte de véhicules du gouvernement fédéral sur le territoire québécois, on va pouvoir le faire quand on sera un pays indépendant !

======

Mais ceux qu’il faut vraiment mettre dans le coup, ce sont les Québécois eux-mêmes, eux qui ont tout intérêt à se libérer des pétrolières.

Comme conducteurs, on court après le litre d’essence le moins cher, et on rage lorsqu’arrivent les longs congés de 3 jours, parce que, soudainement, le prix à la pompe se met à monter partout en même temps…

On rage parce qu’on n’a pas vraiment le choix.

Surtout si on n’a pas accès à des services de transport en commun là où on habite.

Alors là, comme travailleurs, parents, étudiants, on se sent carrément pris en otage.

La semaine passée, on apprenait par une étude que les familles québécoises dépensent maintenant plus pour leur transport que pour leur nourriture…

Et tout ça au profit des pétrolières dont aucune n’est Québécoise !!

Il faut donner aux Québécois un autre choix que ce pétrole qui les appauvrit. Qui nous appauvrit.

Vous allez me dire que c’est l’évidence mais il faut le dire tout haut : une voiture partiellement ou 100% électrique permet de ne plus payer (ou de payer beaucoup moins) d’essence à la station-service.

Y’a encore des problèmes avec la voiture électrique : ça prend des batteries qui nous donnent plus d’autonomie, surtout pour ceux qui font beaucoup de route.

Mais la plupart de nos déplacements sont sur de courtes distances.

Selon une étude d’Hydro-Québec, 80% des gens parcourent moins de 60 km/jour.

Y’est pas rare de voir deux, sinon trois voitures stationnées devant la même maison.

On pourrait facilement imaginer une transition qui nous amène d’abord à remplacer l’une des deux voitures à essence par une voiture électrique ou hybride rechargeable.

Daniel Breton, l’ex député/ministre devenu chroniqueur, commençait récemment sa chronique par ces mots : «Il y a maintenant 6 mois que je n’ai pas fait le plein d’essence de ma voiture, une Chevrolet Volt ». Tu lis ça, puis ça frappe.

Il raconte qu’il vit en Montérégie, qu’il se déplace à Montréal et à Laval avec sa voiture électrique, des déplacements de 120 à 175 km aller-retour.

Au mois d’août, Daniel Breton a parcouru plus de 2500 km avec… 1,8 litre d’essence. Facture 2.10$ !!!

C’est assez extraordinaire.

Quand tu lis ça, tu te dis, «la voiture électrique, c’est pas juste écologique, c’est économique.»

C’est payant pour le travailleur, l’étudiant, la famille de la classe moyenne.

C’est pour eux qu’on fait de la politique.

C’est entre 1000$ et 4000$ par année qu’on peut économiser avec une voiture électrique.

Ça, c’est l’essence qu’on n’achète plus, les changements d’huile qu’on ne fait plus, et les pièces qu’on ne paye plus.

1000$ à 4000$ par année, c’est pas mal d’argent.

C’est pas mal mieux que la baisse d’impôt de 1000$ sur 4 ans que promettait la CAQ aux dernières élections !!

Bref, ce que je suis en train de vous dire, c’est que ça prend un État qui va soutenir le marché de l’auto électrique abordable pour les familles et pour les personnes.

Ça appelle un changement des mentalités qui appelle à son tour un nouveau leadership politique.

Chose certaine, ça passe par une éco-fiscalité intelligente qui va conjuguer l’objectif d’électrification et celui des besoins des personnes, des familles, ET des régions qui ont une réalité des transports et des distances qui est différente de celle de Montréal ou de Québec par exemple.

Encore faut-il que vous puissiez en acheter une voiture électrique.

Actuellement, vous vous présentez chez un concessionnaire de voiture, et y’a fort à parier que vous ne puissiez pas essayer une voiture complètement électrique.

Et si vous décidez d’en acheter une quand même, vous risquez d’attendre longtemps avant de l’avoir.

Pourquoi ? Parce que la Californie, New-York, le New-Jersey, le Maryland et le Vermont ont mis en place une loi Zéro Émission qui impose un quota de voitures électriques et rechargeables chez les concessionnaires de ces États.

Ça a pour effet de concentrer l’offre de voitures électriques, leur disponibilité, dans ces États américains.

Solution : le Québec doit se donner une loi Zéro Émission qui va augmenter l’offre de voitures électriques chez nos concessionnaires.

=====

Il faut également penser recherche, innovation, afin de produire ici des composantes des voitures électriques. On fabrique déjà chez TM4, une filière d’Hydro-Québec, un des moteurs électriques les plus performants au monde.

On a Bathium, à Boucherville, qui fabrique des batteries pour véhicules électriques.

Et on a beaucoup d’entreprises qui ont elles aussi une expertise et qui sont prêtes à contribuer.

Électrifier nos transports, c’est se donner une économie du 21e siècle, une économie de notre siècle.

L’économie dans laquelle vous allez travailler, vous réaliser, gagner votre vie et celle, un jour, de votre famille.

Le fabriquant d’automobile Tesla a décidé récemment de partager ses brevets sur la voiture électrique en «open source » pour favoriser la recherche et le développement.

On n’est plus dans l’économie du futur.

On est dans l’économie du maintenant.

Je suis convaincu qu’à côté d’ici, à Polytechnique, et dans toutes nos universités, y’a des étudiants et des chercheurs qui ne demandent pas mieux que de travailler sur l’électrification des transport et qui le font sans doute déjà.

On peut décider, tout le monde ensemble, de faire du Québec une terre de choix pour tous ceux qui veulent bâtir la première économie verte des Amériques.

On peut décider que le Québec va devenir un pôle d’attraction pour les meilleurs talents au monde.

Et, à terme, on va développer ici au Québec des technologies, des matériaux, un savoir-faire, une intelligence qu’on va exporter partout dans le monde.

Exporter notre intelligence économique plutôt que d’importer du pétrole.

On a réussi à être les meilleurs au monde dans les domaines de l’hydroélectricité, du génie, de l’aérospatiale, du jeu vidéo.

On est capables d’être les premiers en Amérique à se libérer du pétrole.

On est capables !

Il n’en tient qu’à nous.

======

Une fois qu’on a dit ça, il faut ajouter ceci : ça va prendre un certain temps pour nous libérer du pétrole.

Ça n’arrivera pas du jour au lendemain.

Et je ne parle pas seulement des carburants. Je parle aussi des plastiques, des fertilisants, des textiles et j’en passe.

Évidemment, ça pose la question du potentiel pétrolier du Québec, notamment sur l’île d’Anticosti.

Pour le moment, cette question demeure très hypothétique.

On ne le sait pas si le pétrole qui se trouve au Québec peut être exploité.

Mais d’ores et déjà, la question de la cohérence est posée : comment peut-on à la fois réduire notre dépendance au pétrole et accepter d’en produire, éventuellement, au Québec ?

Franchement, c’est une question qui me travaille depuis longtemps.

Pendant la période de transition, on va continuer à utiliser du pétrole pendant encore des années.

Je me dis : dans ces conditions-là, aussi bien le produire nous-mêmes, en impliquant directement l’État comme partenaire et actionnaire afin de s’assurer que la majorité des bénéfices reviennent aux Québécois, et pour s’assurer aussi que l’État impose les contrôles et les normes environnementales les plus sévères qui soit.

Il faut d’ores et déjà se dire que, s’il est impossible d’exploiter notre hypothétique pétrole d’une façon responsable et sécuritaire pour nos communautés et nos milieux naturels, nous ne le ferons pas.

Et, pour être bien certain qu’on ne dévie pas de notre route de se libérer du pétrole, je fais une proposition : la moitié des recettes que le gouvernement du Québec obtiendra d’une éventuelle exploitation pétrolière devra être mise de côté, et investie pour les générations future.

Un peu comme le fait la Norvège en déposant les recettes de son pétrole dans un fonds souverain, sorte de fonds des générations.

L’autre moitié des recettes devrait être investie pour transformer notre économie en économie verte.

Je propose qu’on utilise les éventuelles recettes pour financer notre transition énergétique.

Autrement dit : prendre l’argent du pétrole pour réduire notre dépendance au pétrole. Utiliser le pétrole contre le pétrole, c’est ça que je propose!

Utiliser l’argent pour :

  • augmenter les investissements en transport en commun
  • augmenter le nombre de bornes à recharge rapide
  • garder accessibles les tarifs de transport en commun
  • mettre en place des mesures incitatives au covoiturage
  • augmenter le rabais à l’achat de voitures peu polluantes, hybrides et électriques
  • ou encore subventionner les innovations en technologies vertes !

=====

Bien entendu, être la première économie verte en Amérique, c’est pas juste de mettre fin à la dépendance au pétrole.

Va falloir réduire notre empreinte écologique.

Avoir en tête que les déchets des uns peuvent être les matières premières des autres par exemple.

Va falloir protéger notre eau aussi.

S’assurer aussi de recevoir notre dû quand des multinationales embouteillent et exportent notre eau.

Reste que, réduire notre consommation de pétrole, c’est un gros morceau de cette démarche.

C’est la clé pour la lutte contre les changements climatiques.

C’est la clé pour réduire notre déficit commercial.

C’est la clé pour réduire la pollution atmosphérique et les problèmes de santé qui viennent avec.

C’est la clé d’un projet de société qui va nous enrichir, un projet de société emballant, un projet de société qui va nous rendre fiers.

=====

Notre campagne s’appelle « Votre Voix ».

Dans cette campagne, je veux être la voix de ceux et celles qui veulent que le Québec devienne la 1re économie sans pétrole, la 1re économie verte des Amériques.

Comme candidat, je propose que le prochain gouvernement du Parti Québécois lance ce chantier, qu’il en fasse une priorité globale et nationale.

Je propose des pistes, mais, disons-le, c’est un immense chantier qui occupera plusieurs générations.

Il nous faudra inventer de nouvelles technologies, innover dans nos façons de faire, dans l’urbanisme, le design, l’énergie.

Les bonnes idées peuvent venir de partout, doivent venir de partout.

La semaine dernière, le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec a publié une étude à ce sujet.

Équiterre planche là-dessus aussi depuis plusieurs années.

Des pays comme la Suède, la Norvège et le Danemark se sont donné des plans pour réduire leur dépendance au pétrole.

Ils donnent l’exemple.

Ce sont des modèles à l’échelle internationale.

======

On peut faire un bon bout comme province, mais on va vite atteindre nos limites parce qu’être une province, c’est avoir une main attachée dans le dos.

Les changements climatiques, c’est le défi de notre siècle.

Mais là, on va se le dire : le Canada va dans la direction complètement opposée.

Ce Canada qui a une politique étrangère PÉTROLIÈRE, ce Canada qui s’est retiré de Kyoto (le seul État dans le monde à l’avoir fait…), ce Canada qui est une sorte d’État délinquant sur la scène internationale, c’est pas le Québec ça.

Ce Canada, ce n’est pas mon pays, il ne parle pas pour moi !

Le Québec du 21e siècle, notre Québec, ça va être quoi?

Bien ça va être ce qu’on va décider d’en faire.

Ça va être celui qu’on va décider de se donner.

L’avenir nous appartient.

Est-ce qu’on va choisir de rester une province, à la remorque du gouvernement canadien, une province incapable de parler de sa propre voix dans le monde?

Une province où les Québécois continuent d’enrichir les compagnies pétrolières?

Une province qui se fait imposer des pipelines, des superpétroliers sur son fleuve, pour exporter le pétrole de l’Ouest?

Une province représentée sur la scène internationale par un pays qui nous fait honte?

C’est pas ça qu’on veut…C’est pas nous ça.

Il nous faut plutôt prendre le chemin du nationalisme environnemental, de la souveraineté verte.

Moi je rêve d’un pays qui contribue à relever les défis de notre temps, qui fait sa part dans le monde.

Je rêve de notre indépendance: c’est le moyen que notre peuple doit se donner pour être pleinement maîtres chez nous et rivaliser mondialement, avec les meilleurs.

C’est ça le choix qu’on a devant nous : province ou pays.

Demeurer une province rattachée à un pays qui va dans le sens opposé à nos intérêts, à nos aspirations.

Ou devenir un pays indépendant, libre de ses choix et capable de devenir un chef de file mondial.

C’est mon choix.

C’est le projet que je vous propose.

C’est la société que j’ai le goût de construire avec vous.

Si vous embarquez, je m’engage à ce que la somme de vos volontés individuelles, cette voix collective qui deviendra la vôtre, se traduise dans une volonté politique claire.

Faire du Québec la première économie verte des Amériques.

Je veux être votre voix pour porter ce projet-là !

Merci tout le monde.

Bernard Drainville
Université de Montréal, 5 novembre 2014…

Read more

I want to be your voice

I want to be your voice

Here we are, we have launched our campaign for the leadership by expressing our will to give back the Parti Québécois to its militants. I say to us because if it is my name that will be on the ballot, we are actually a whole team.

It begins with my family, whose support is absolutely indispensable to me.

Then there are my three colleagues, whose support is heart-wrenching. Guy Leclair, MP for Beauharnois, a man close to the world, middle class workers; Sylvain Roy, Member of Parliament for Bonaventure, a region-oriented, socially sensitive youth; And Alain Therrien, MP for Sanguinet, an experienced economist, who speaks frankly.

I was also surrounded by dozens of activists from my riding of Marie-Victorin, women and men of heart, indispensable. Activists like them, the Parti Québécois count thousands. As I said earlier, one of the things I would like to accomplish at the end of this campaign is that the PQ again becomes the militant party. Let him become the great democratic institution, the powerful engine of change that has served Quebec so well.

I also think that the Parti Québécois must be reconciled with Quebeckers. To get there, we’ll have to listen. For that, we will have to go back to listening to our members, who embody the Quebec of sir, madame everyone.

There were many young people among us. They are uncomplicated, full of ambition for Quebec and we must listen to them, make them a lot of room. It is with them that we will design and build Québec in the 21st century.

And with Quebecers of immigrant background, they are also present with us. They also want to contribute to all facets of our development and take their place within our party.

This leadership race, I intend to win it, but not by dividing, not by attacking others. We are going to make a positive campaign, a campaign of ideas to bring together the great family of the Parti Québécois.

Our political family, but also our political kinship, all the other independentists. The left, the right, the young, the oldest, the hurried and the least hurried: gathered together, we are unbeatable!

If all our voices combine, unite, we will carry a will. A conviction. We will become a voice. It is this voice that I want to carry in this race.

Your voice.
Bernard Drainville
Longueuil, October 26, 2014…

Read more

Quebec must not become a highway to get out oil asphalt

To view my press conference in full

Hello everybody,

I thank you all for coming. There is no easy way to say what I am about to say now: I am announcing that I am today leaving my position as Leader of the Official Opposition and Member for Marie-Victorin to raise a new challenge. This is not a decision I made on a whim. I thought it over.

The departure of Pierre Karl, I will not hide from you, gave me a blow. We formed a tandem, a team. I understood our direction, I understood the role I had to play and I completely adhered to Pierre Karl’s vision. His departure was a bit my start signal. It is time to move on.

I think I was a good soldier, a good member of Parliament, a worst minister and a good leader of the Official Opposition. The idea of ​​public service has always been at the heart of my commitment. I always said that journalism was my public service. And that politics was the continuation of my public service, but otherwise.

I think the time has come to return to my former loves: the world of communications. I would like to confirm that I have enthusiastically accepted to join the 93.3 FM team as co-host of the noon show. I shall have a great liberty; I shall be able to express myself on all subjects without fear of putting my party in a state of confusion.

I think I will enjoy sharing my ideas, talking to listeners, sharing my experience as a politician, showing the undertones of some decisions, explaining behind-the-scenes games and popularizing politics. I think I can be helpful in that role. That Cogeco offers me a forum like this is a chance that I can not miss. It was not something I had planned. In any case, in the short term. There is an alignment of planets and I come to the conclusion that this is where I can be most useful for the rest of things. Frankly, I am very excited about this new challenge.

You know me now. After almost 10 years of political life, you know who I am. One can not be constantly in the limelight without remaining true. It is not long that the world sees through you if you are not true. For me, life is a struggle, but political life is even more so. I used to put on my belt, which made a metallic clang, and I felt that I was putting on my armor before going down into the trenches with my sword to fight the liberal hordes. I admit that there is a chivalrous and idealistic side in it but I assume myself completely. I assume my fighting side, pugnacious, a little extreme sport. I like it when it’s brewing, because that’s how ideas are put forward. But I am not sure that this type of policy is in the air. And it’s okay.

In the end, as much as blowing in the Cacanne and having blows of mouth, as well have them on the radio. That is what I am saying.

What most distresses me is leaving the people of Longueuil.

Being a member of Parliament for Marie-Victorin for almost ten years has been a truly incredible experience. Magic. I really like my world in Longueuil. They will never know how grateful I am to them. What we have accomplished together, what I have seen of commitment, generosity, devotion in this county, it says beautiful things about Quebec and Quebeckers. One is of the world that stands. That exists, solidarity. I have witnessed it every day in Longueuil, in Marie-Vic.

And I want to say to the people of Longueuil: I love you and I thank you for the confidence you have shown me over the last ten years, including four elections. I was really attached to you and you will miss me. But I have to go. I have to redefine my commitment to public service. I have given a lot, then I can still give a lot but for the future, it will be elsewhere than in politics.

Politics is hard. Especially the way I practice it. I can be blamed for many things, but I have not been a tourist in politics. I fought there.

And I’m proud of the fights I’ve waged.

Democratic reforms: the reform of the financing of political parties that put an end once and for all to the power of money and the influence of the major fundraisers.

One hundred dollars maximum is democratic !, and a state funding based on electoral results, proportional funding. It just remains to give itself the voting method that goes with it.

Fixed date elections that will be tested for the first time in 2018.

Voting on campuses for our youth.

The end of the applause to put a little order to the question period. I did it with all the other members of the National Assembly.

And even if it was the Liberals who finally voted for it, the end of the starting bonuses for the members who have resigned. I am pleased to confirm that I am not entitled to a severance grant and that is fine, because, as I have already stated a thousand times, a resigning member should not be rewarded.

I fought hard to get rid of the damned bonuses for departing MPs. The Liberals blocked my bill but they ended up voting it once in power. So we must never lose hope.

I am proud to have contributed to improving our democracy. It was a great team effort. The $ 100 was also Nicolas Girard, Nicolas Marceau and the PQ team Marie-Victorin.

And there was the Charter as well. That was something, the charter. It was the occasion for a great debate of ideas in Quebec, the charter. Secularism for me is a democratic principle.

No matter who you are, no matter what your beliefs, origins, regardless of whether you are a woman or a man, no matter what your sexual orientation, no matter where you come from, you are entitled to your beliefs and the state must Protect your right to have your beliefs or your non-beliefs.

That’s why I said that secularism is the guardian of diversity. Diversity of beliefs and religions. Secularism as a protector of freedom of conscience. Secularism guaranteeing equality among all citizens. Was it challenging the charter? Too demanding? I do not find. When you are serving your fellow citizens, it is your public service that must prevail, not your convictions or your personal beliefs. So yes, secularism comes from a demanding conception of public service. I will not apologize for that. I have a high conception of public service.

This diversity of beliefs that I wanted to protect with secularism corresponds exactly to my conception of the Quebec nation. All Quebeckers, all Quebecers, no matter where we come from or the color of our skin.

The diversity of Quebec today is a wealth. That is one of the great strengths of our identity. We are a nation with Quebeckers coming from all over the world. I’m tripping over it. But this identity, this diversity, it also needs a common foundation. It is our language, it is our culture, it is our history, it is our values, it is the equality man / woman. And I wanted it to be secularism too. And I note that nothing is settled and that this battle will have to continue.

And I trust that one day Quebecers will come to the conclusion that the best way to ensure the future of our identity, our nation, is independence. And that day I will be there and I will serve as I have done all my life.

If I was a good member of Parliament, a good minister and a good leader, at least to the best of my abilities, it was because I was well surrounded.

Politics is a team sport and should never be forgotten.

All this work during all the time I was in the National Assembly, I could not have done without loyal, intelligent, dynamic people of the damned good world. I had a team in my absolutely extraordinary constituency, devoted parliamentary teams and two formidable cabinets: Stéphane, Martine, Lysiane, Catherine, Diane, Amélie, Marie-Hélène and Francesca. Louise Andrée, Eric, Manu, Julie-Maude, Mathieu, Bryan, Jacques and Gilbert my deputy ministers, Raffie, Simon TD, Carl and Genevieve. Thank you. It’s thanks to you if we were good. Not to mention the exceptional gang of my leadership race with FloFLo, Gobi, Marie-Michelle, Serge, Marc and all the others … I would not change anyone. It was perfect. Thanks to my world. You are solid world and I really love you very much.

I am proud to have been a member of the Parti Québécois. It’s a great party that has done so many great things. It was my dream to be a member of the PQ, from that party that gave us René Lévesque my hero, and who gave us great leaders like Parizeau and Bouchard, and leaders I loved like Pauline Marois, Pierre Karl Péladeau and my friend Sylvain Gaudreault.

I am also proud to have been a party that counts on the most extraordinary militants. In particular those of Marie-Victorin.

I do not leave for family reasons. But on this day a little sad for me, I admit that I am happy to find my family. My Lambert, my Rosalie, my Matisse, who is not present because he is under examination. And my Martine.

I do not leave for family reasons but I stayed because of family reasons. Without the unconditional support of Martine, I would never have been able to last in politics. There was not a day when she was not there. Magnet, strong, generous. All I could do in politics was thanks to you, Martine. All.

When I was in the National Assembly, you were going to the parents’ meetings, you were having supper, homework, barouettes in soccer, hockey and everything else. Because I could not. It was your activism. It was your way of giving Quebec. Thank you Pitchoune, I really love you very much.

Today I go home and I will be able to do a little more. In particular, I am an excellent dishwasher. But I know you’d love that I cook a little more.

We’ll work on that.

Thank you all.

 …

Read more

Indépendance 2025 : un plan sur dix ans

Nous sommes nombreux depuis le 7 avril à nous questionner sur le chemin que devraient prendre le Parti Québécois, le mouvement indépendantiste et le Québec. Et nous sommes des milliers à souhaiter autre chose qu’un gouvernement libéral. Il y a tous ceux qui aspirent à plus et à mieux qu’une province. Il y a ceux d’entre vous qui souhaitez l’indépendance sans nécessairement être membres ou sympathisants du PQ. Il y a ceux qui la souhaitent mais qui n’y croient plus. Et il y a les membres du Parti Québécois, plus décidés que jamais à faire du Québec un pays indépendant.

En écrivant ce texte, j’ai essayé de penser à tous, des plus hésitants aux plus résolus. J’ai essayé de ne pas me dorer la pilule. Je me suis concentré sur le contexte politique actuel et les défis difficiles que nous avons à relever comme parti, comme mouvement et comme nation.

Je ne vous le cache pas, ma réflexion s’inscrit aussi dans la décision de me présenter ou non à la course au leadership du Parti Québécois. Je me suis dit que mieux valait vous faire part de certaines idées fondamentales avant de prendre ma décision. Après ces quelques mois de réflexions et de discussions avec des centaines d’entre vous, j’ai acquis plusieurs convictions fortes.

J’ai déjà dit que c’était le temps, le temps idéal pour les indépendantistes (et aussi pour les hésitants) de se joindre au Parti Québécois et de venir brasser la cabane avec nous. J’ai aussi affirmé ma conviction que le chantier qui s’ouvre devant nous doit s’appuyer sur l’idée très claire qu’un choix s’offre aux Québécois pour l’avenir: soit de demeurer une simple province du Canada, soit de devenir un pays indépendant.

On sait tous que le programme du Parti Québécois ne se résume pas à la seule question nationale. Dans les prochains mois et les prochaines années, il va falloir offrir des réponses concrètes aux besoins et aux aspirations des Québécois dans tous les domaines : de la santé à la création de richesse, en passant par la qualité de vie, le pouvoir d’achat des familles, l’environnement et la culture (pour ne nommer que ceux-là..). Mais, dans un premier temps, je crois vraiment nécessaire de clarifier notre approche à propos de l’indépendance en tirant les leçons de nos revers passés.

Trois convictions fortes

Avec ce texte, je pousse plus loin la réflexion amorcée il y a quelques semaines. Je vous soumets trois autres convictions fortes :

La première, c’est que le Parti Québécois a besoin de se donner un plan stratégique pour réaliser l’indépendance. Pas seulement un plan pour en faire la promotion, un plan en attendant ou un plan pour plus tard. Non. Ça nous prend un plan qui débuterait au lendemain de l’élection de la ou du prochain chef et qui s’étendrait jusqu’à la réalisation de l’indépendance.

La seconde conviction, c’est que le Parti Québécois ne doit plus jamais se présenter devant les électeurs québécois avec une position ambiguë à propos de la tenue ou non d’un référendum. Tirer les conclusions de pareilles convictions, ça va nous demander du courage. Pour moi, ça veut dire qu’aux prochaines élections, en 2018, nous devrons nous engager à ne pas tenir de référendum dans un premier mandat. Je sais que ce sera déchirant pour bien des militants de la première heure, mais je suis convaincu que nous aurons besoin d’un mandat gouvernemental pour préparer le Québec.

La troisième conviction que j’ai acquise, c’est qu’un gouvernement du Parti Québécois doit utiliser les moyens et les ressources de l’État pour préparer le Québec à l’indépendance. Agir autrement serait irresponsable. Aucun gouvernement ne renonce à utiliser les moyens de l’État pour préparer l’atteinte de ses objectifs fondamentaux. Quand un président américain démocrate s’engage à transformer le système public de santé, il met l’État au travail pour préparer cette réforme, même si les républicains s’y opposent. Quand, après l’échec de Meech, l’éventualité d’un Québec indépendant est apparue, le gouvernement libéral de Robert Bourassa a utilisé les moyens de l’État pour préparer le Québec. Quand le premier ministre Trudeau a décidé de rapatrier la Constitution canadienne, il a mis la diplomatie canadienne, le Conseil privé et le ministère de la Justice au travail pour atteindre son but. Et il n’avait même pas de mandat pour agir ainsi! Nous devons, au contraire, être bien clairs auprès des Québécois : un gouvernement du Parti Québécois utilisera les moyens de l’État pour préparer le Québec et, contrairement au Canada, nous consulterons les Québécois au moyen d’un référendum avant de réaliser l’indépendance.

Une direction claire

Vous êtes plusieurs, comme moi, à penser que ce qui nous a manqué depuis bien des années, c’est un plan stratégique clair pour réaliser le projet d’indépendance. Plutôt que d’attendre les conditions gagnantes, créons-les. Plutôt que d’attendre des événements extérieurs, une conjoncture favorable, le moment propice, agissons dès maintenant. Plutôt que d’attendre qu’Ottawa s’attaque à nos compétences, s’en prenne à nos valeurs, prenons l’initiative. Si nous voulons avoir le plein contrôle de notre avenir politique, commençons par nous donner une direction. Il nous faut un plan.

J’en propose un, ou plutôt une esquisse, étant entendu que les propositions suivantes s’inscrivent dans la vaste réflexion que nous entreprenons. Je souhaite que ces propositions soient débattues et que les membres du Parti Québécois se les approprient, les transforment et les bonifient. Surtout, j’ai hâte de lire et d’entendre vos réactions.*

Ce que je propose, c’est de définir clairement la direction que nous voulons prendre en ce qui concerne l’avenir du Québec. Ce plan (ou tout autre plan que voudra bien se donner notre formation pour la suite) donnera une direction claire à notre action politique et, du même coup, une vision claire à la population québécoise de ce que le nouveau Parti Québécois veut accomplir dans les prochaines années.

Bien sûr, nous voudrions tous que notre projet d’indépendance se réalise le plus rapidement possible, mais je suis convaincu qu’il faut nous donner le temps nécessaire. La proposition que je fais se déroulerait en trois étapes.

La première étape, celle des années d’opposition, nous permettrait de renouveler notre parti (ce que j’appelle le nouveau parti québécois), de renouer les liens avec les organisations indépendantistes et celles de la société civile et de renouveler notre projet. Elle nous permettrait de nous reconnecter avec les jeunes en leur offrant une large place. Nous n’aurons pas trop de quatre ans pour accomplir cela.

L’étape de préparation – celle d’un premier mandat gouvernemental – me semble cruciale. Il suffit de se promener un peu et de discuter avec les Québécois pour constater que nombre d’entre eux se posent des questions et considèrent que le Québec n’est pas prêt à réaliser son indépendance. Qu’on soit d’accord ou non, nous avons l’obligation d’écouter les Québécois et de répondre à leurs questions et à leurs incertitudes. Cette étape de préparation nous permettrait à la fois de répondre à ce questionnement et de préparer l’État québécois à assumer les responsabilités d’un pays indépendant. Plus nous serons préparés, plus les Québécois auront confiance et plus ils seront susceptibles de souhaiter, d’appuyer l’indépendance.

Avec cette préparation étoffée, nous serions en mesure, dans une troisième étape, celle de la réalisation, de demander le mandat de tenir un référendum dès la première année de notre second mandat gouvernemental. Les Québécois seraient alors appelés à choisir entre deux options très claires : demeurer une simple province du Canada ou devenir un pays indépendant.

1. Le renouvellement – dans l’opposition (2014-2018)

Les prochaines années seront cruciales pour le Parti Québécois et le mouvement indépendantiste. Cruciales et emballantes. Elles marqueront notre volonté de présenter un solide programme de gouvernement dès les prochaines élections et d’assumer avec rigueur notre rôle d’Opposition officielle.

Mais ces années doivent également nous permettre de reprendre la marche vers notre objectif. Il nous faut d’abord stabiliser les appuis à l’indépendance et rapidement susciter de nouvelles adhésions. Cette étape doit débuter sans attendre, à partir d’une démarche structurée, qui pourrait être déclinée ainsi :

– La création d’un groupe de recherche et de promotion du plan Indépendance 2025. Il sera formé d’un noyau d’employés permanents d’horizons variés et comptant une masse critique de jeunes indépendantistes d’origines diverses. Ce groupe sera un laboratoire d’idées exclusivement chargé d’effectuer des recherches sur l’indépendance et de les diffuser. Il mettrait en contraste l’avenir du Québec comme province ou comme pays. Ce groupe établirait des liens de collaboration avec des chercheurs, avec les groupes indépendantistes de la société civile québécoise et d’ailleurs dans le monde et animerait des débats sur l’indépendance. Il devrait rendre compte aux membres du PQ à tous les six mois.

– Les membres du PQ de leur côté seront appelés à alimenter le groupe «Indépendance 2025» en contenu, en proposant leurs idées, leurs réflexions, puisées dans leurs communautés respectives, à même les débats qu’ils auront animés dans les milieux, au sein de leur famille, sur les lieux de travail, dans les comtés, etc.

– En appui à cet exercice, l’aile parlementaire et le Parti Québécois seront mis à contribution pour étayer, dans tous les domaines, ce que pourra accomplir un pays du Québec pour ses citoyens. Les interventions des élus du PQ seront axées sur les mérites d’un pays québécois et sur les limites du statut provincial, chaque fois que ce sera pertinent.

2. La préparation – premier mandat gouvernemental (2018-2022)

Les quatre prochaines années – celles de l’opposition – devraient nous permettre de rehausser le niveau d’appui de la population envers notre projet. Je propose une seconde étape, celle de préparation à l’indépendance, à la fois pour rallier les Québécois et préparer l’État québécois.

En abordant les prochaines élections générales, en 2018, le PQ proposerait aux Québécois, un double objectif: renforcer le Québec dans tous les domaines et solliciter le mandat de préparer l’indépendance en vue d’un référendum dans le mandat suivant. Il ne serait donc pas question de nous limiter à offrir un bon gouvernement.

Sur notre volonté de faire du Québec un pays indépendant et les moyens que nous comptons prendre, nous devrons être parfaitement clairs. Un gouvernement du Parti Québécois utilisera les moyens de l’État pour préparer le Québec à devenir un pays indépendant. Nous agirions donc sur deux axes :

– Renforcer le Québec. En renforçant nos finances et notre économie. En mettant en place les conditions d’une plus grande redistribution de la richesse, avec des politiques plus justes socialement. En adoptant des réformes démocratiques qui redonnent plus de pouvoir aux citoyens. En aidant concrètement les Québécois et nos familles, tout en réduisant les freins à l’esprit d’initiative et d’entreprise. En renforçant notre identité par la culture et nos créateurs, par l’éducation et par nos jeunes. En aidant plus particulièrement les nouveaux arrivants à mieux s’intégrer à la société québécoise, notamment au marché du travail. Bref, renforcer le Québec, tout en soulignant les limites qu’impose le statut de province à notre volonté de développer le Québec à sa pleine mesure;

– Préparer l’indépendance. Il s’agit surtout de préparer l’État québécois à assumer pleinement les responsabilités d’un pays indépendant. Nous demanderons donc à la population de nous donner le mandat de préparer l’indépendance. Cela signifie, bien sûr, que nous allons utiliser les moyens et les ressources de l’État, comme le font d’ailleurs tous les gouvernements pour réaliser leurs objectifs prioritaires. Cette préparation couvrira tous les aspects du projet d’indépendance. Nous mandaterons un comité représentatif de la population pour rédiger un projet de constitution. Le gouvernement fera des projections financières et économiques d’un Québec indépendant et en rédigera les principales lois. Il développera également sa politique étrangère, y compris les politiques commerciales, de défense et de coopération internationale. Pour assurer un état de préparation maximal, le gouvernement définira une démarche précise de transition entre un référendum gagnant et la création d’un Québec indépendant.

3. La réalisation – référendum et indépendance (2022-2025)

En abordant les élections de 2022, le Parti Québécois serait encore une fois parfaitement clair en demandant aux Québécois le mandat de tenir un référendum sur la réalisation de l’indépendance. Nous pourrions procéder de la façon suivante :

– Pour lancer les élections de 2022, le gouvernement publiera un document exhaustif sur l’avenir du Québec, qui répondra à toutes les questions que se posent les Québécois sur le Québec indépendant, en mettant cette option en opposition au statut de province;

– Si les Québécois nous accordent leur confiance, nous organiserons en 2023 un référendum, avec la question suivante: « Voulez-vous que le Québec demeure une province du Canada ou devienne un pays indépendant? »

Dépasser les limites d’une province

Comme je le mentionnais plus tôt, il va de soi que le programme du Parti Québécois ne se limite pas à la question nationale. Comme futur gouvernement, nous avons la responsabilité de développer des propositions qui répondent aux besoins et aux aspirations des Québécois. Par exemple, des propositions pour mieux appuyer nos créateurs, faire rayonner notre culture, notre langue et promouvoir notre histoire et notre identité. Nous allons devoir relever le défi du vieillissement de notre population, appuyer les familles de la classe moyenne et prendre soin des plus vulnérables d’entre nous. Nous devrons aider davantage les Québécois issus de l’immigration à obtenir la reconnaissance de leur formation académique et de leur expérience, afin qu’ils puissent plus facilement décrocher un emploi à la hauteur de leur compétence. Le Parti Québécois devra continuer à viser plus de justice sociale, tout en lançant des réformes pour faire de notre État l’un des plus efficaces de la planète. La justice sociale et un État fort n’égalent pas toujours plus de bureaucratie, au contraire. Il nous faudra, par exemple, revenir avec la proposition de rapport d’impôt unique, tout à l’avantage des Québécois et de nos entreprises.

Dans un premier temps, nous devrons faire avec les limites qui sont celles d’une province et en exposant avec force les politiques néfastes qui nous sont imposées par l’État canadien. Je pense par exemple au partage de la richesse. Le Québec demeure l’endroit des Amériques où la richesse est la mieux partagée, mais le Canada (gouvernements libéraux ou conservateurs, c’est pareil) multiplie les politiques contraires (coupures à l’assurance-emploi, financement inadéquat des transferts pour l’éducation postsecondaire, baisse de la croissance des transferts en santé…). Alors que la majorité des Québécois aspirent à une politique étrangère axée sur la coopération, le soutien humanitaire, la résolution des conflits, le Canada se dirige dans la direction opposée depuis déjà plus d’une décennie. Alors que notre économie a tout à gagner à réduire sa dépendance au pétrole, par exemple, en misant sur l’électrification des transports, le Canada prend de plus en plus l’allure d’un État pétrolier. Et, alors que nous misons plus que jamais sur notre culture et notre créativité, le gouvernement canadien prend le chemin inverse, refusant même de reconnaître l’existence de la culture québécoise, aussi bien sous les gouvernements libéraux que conservateurs.

En somme, la question se résume ainsi : voulons-nous demeurer une simple province du Canada, avec tout ce que cela comporte comme limites ou devenir un pays indépendant, avec tout ce que cela ouvre comme possibilité de développement pour notre nation?

J’entends souvent que « le plus beau cadeau qu’on puisse se faire, c’est l’indépendance. » La nôtre, individuelle. Celle de nos enfants. Et celle de notre peuple. Dépasser les limites d’une province, se donner un pays, c’est à la fois l’aboutissement en droite ligne de nos 400 ans d’histoire et le plus beau cadeau que nous puissions faire à nos enfants et à nos petits-enfants.

Bernard Drainville
Député de Marie-Victorin
3 septembre 2014…

Read more

Un sondage éloquent : les Québécois en faveur de la réforme des institutions démocratiques

57340760
the flag of Quebec

Mardi dernier, les résultats d’un sondage Léger Marketing ont été publiés dans le Journal de Montréal. Les réponses des personnes sondées illustrent une grande soif de rénovation démocratique. Je ne peux que m’en réjouir. C’est un signal clair que non seulement notre parti doit garder le cap sur les réformes importantes qu’il propose, mais que les Québécois veulent aller plus loin et réclament des changements en profondeur dans notre système politique.

Les résultats

Les résultats sont clairs : sur les « dix propositions qui amélioreraient la démocratie au Québec », une seule n’obtient pas l’appui de plus de 50 % des répondants :

1. Obliger les députés à rendre compte de leur travail : 85 %
2. Publication d’un portrait clair des finances publiques à tous les six mois : 83 %
3. Créer un poste de vérificateur général avec pouvoir d’enquêter sans limites : 76 %
4. Possibilité de révoquer un député : 73 %
5. Pétition pour forcer le gouvernement à consulter la population sur certains enjeux : 73 %
6. Avoir des élections à date fixe : 66 %
7. Modifier le mode de scrutin afin que les partis politiques obtiennent un nombre de sièges à l’Assemblée nationale proportionnel au pourcentage des votes obtenus : 65 %
8. Plafonner les dons aux partis à 100 $ : 59 %
9. Élection du premier ministre au suffrage universel : 56 %
10. Abolir la ligne de parti : 39 %

(Source : Léger Marketing, dans le Journal de Montréal, le mardi 11 octobre 2011, p. 23. Sondage auprès de 813 répondants du 4 au 6 octobre 2011, +/- 3,5 %)

Je suis donc heureux de constater que des propositions que certains de mes collègues et moi-même avons mises de l’avant sont appuyées par de nombreux Québécois. Qu’elles sont considérées par une vaste majorité de la population comme une façon de redonner le pouvoir aux citoyens.

Un message clair

Le message qui m’a été envoyé à l’occasion de la consultation que j’ai menée cet été était très clair : nous devons changer notre système politique pour remettre les citoyens au pouvoir. Il s’agit du meilleur moyen dont nous disposons pour lutter contre le cynisme et la désaffection politique. Les résultats du sondage démontrent que les courriels qui m’ont été transmis cet été étaient représentatifs de l’état d’esprit dans lequel se trouvent les Québécois.

Le prochain Conseil national du Parti Québécois

C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que j’envisage ma participation au prochain Conseil national du Parti Québécois, qui traitera de la réforme de nos institutions démocratiques. En choisissant ce thème, notre parti fait non seulement preuve d’une grande écoute de la voix de la population, il fait aussi preuve d’un grand courage, car il reconnaît que les citoyens ont perdu confiance dans la politique. À la lumière des données qui ont été rendues publiques mardi, je suis plus convaincu que jamais que c’est dans cette direction que nous devons aller si nous voulons regagner la confiance des Québécois.

Les Québécois sont tannés d’être déçus ; il est plus que temps que nous leur proposions un changement à la hauteur de leurs attentes. Et je suis convaincu que le Parti Québécois est le véhicule qui pourra livrer ce changement.

Rebâtir la confiance

Dans son commentaire accompagnant la publication de son sondage, Jean-Marc Léger affirme que le Parti Québécois est « un parti qui vieillit mal », que nous faisons « fausse route » et que « les jeunes sont ailleurs ». Nous n’avons jamais nié que les propositions de réformes démocratiques ne constituent pas une panacée. Qu’elles ne règlent pas tous les problèmes en économie, en santé, en éducation, ou concernant les ressources naturelles. Elles ne sont pas non plus, il va sans dire, une réponse au manque criant de places en garderie. Ces propositions ne permettent pas, d’un coup de baguette magique, d’éradiquer la corruption. Ce qu’elles permettraient, par contre, c’est de rebâtir le lien de confiance entre la population et ses élus. Or, retrouver la confiance est absolument nécessaire pour qu’un parti politique et, éventuellement, un gouvernement réussissent les réformes majeures dont le Québec a besoin dans tous les domaines de la vie.

Depuis plus de deux ans, les Québécois se sentent impuissants dans leur volonté de tenir une commission d’enquête publique sur l’industrie de la construction. Le gouvernement Charest refuse ce que 75 % des Québécois réclament. Si le Québec disposait d’un processus de référendum d’initiative populaire, les Québécois l’auraient déjà, leur enquête publique. S’il y avait possibilité de révoquer le mandat d’un élu au Québec, les citoyens auraient pu congédier l’ex-ministre de la Famille et député de Lafontaine, Tony Tomassi, pour ses manquements graves à la fonction de député.

Le pouvoir aux citoyens

Ce ne sont que deux exemples, mais ô combien frappants ! Frappants parce qu’ils démontrent clairement que nous devons redonner le pouvoir aux citoyens. Présentement, au Québec, il y a déni de démocratie. Or, nous pouvons envisager tous les changements que nous voulons, si la confiance n’y est pas, il sera difficile de les mener à bien, et ce, pour quelque parti politique que ce soit.

Tab_10_prop

Read more

10 idées pour redonner confiance aux citoyens

Quebec_3

Précédemment, je me suis efforcé de faire une synthèse des idées, observations et suggestions qui m’ont été transmises par des citoyens québécois au cours de l’été. Cette consultation aura été fort utile pour deux raisons. D’abord, parce que consulter les citoyens et prendre en compte leurs opinions devrait toujours être en tête de liste des priorités des élus. Ensuite, parce que les meilleurs penseurs politiques du Québec, ça reste encore les citoyens du Québec. À tous ceux qui ont répondu à mon appel, je vous remercie. Vous m’avez grandement aidé dans ma réflexion.

Retour sur le constat

Comme je l’ai déjà mentionné avec plus de détails, les Québécois qui ont communiqué avec moi ont dressé essentiellement quatre constats :

1. Ils sont désillusionnés et cyniques par rapport à la politique, et ce, même parmi les plus militants d’entre eux.

2. Ils ont des critiques sévères envers toute la classe politique, envers le Parti Québécois en particulier.

3. La grande majorité des propositions de changement qu’ils m’ont envoyées découle d’une volonté de donner plus de pouvoir politique aux citoyens.Ils rêvent d’une démocratie exemplaire pour le Québec.

4. Le Québec qu’ils veulent est un Québec ambitieux qui peut porter des rêves.

En somme, les Québécois ont perdu confiance envers leurs élus et leurs institutions démocratiques. Ils ne s’y reconnaissent plus. Ils ont l’impression de ne pas être entendus et, pis encore, de ne pas être écoutés par leurs représentants politiques. Ce cynisme, que beaucoup constatent et que plusieurs déplorent, puise en grande partie sa source dans le sentiment qu’ont les citoyens d’être complètement écartés des décisions qui les touchent, de n’y être aucunement impliqués.

Partant du fait que ce constat reflète l’humeur d’une majorité de Québécois, il faut regarder la réalité en face et agir, parce que l’heure est grave. Le doute et le cynisme qui planent sur les élus et le système politique minent considérablement notre capacité à agir en fonction du bien commun. À force de ne plus avoir confiance, de ne plus se sentir partie prenante du processus, les citoyens remettent en question la capacité même de l’État à répondre adéquatement à leurs besoins.

Cette impression généralisée d’être sans voix face à l’imposante machine des partis et des lobbies remet aussi en question notre capacité à réaliser de grands projets. Ce point est par ailleurs crucial pour ceux qui, comme moi, voudraient que le Québec choisisse la voie de l’indépendance politique. Parce que la perte de confiance citoyenne envers notre démocratie est l’obstacle le plus coriace qui soit sur le chemin de l’indépendance nationale, comme sur le chemin de tous les autres grands projets que la politique peut offrir aux Québécois.

Bref, je ne puis que tirer une seule conclusion : la seule façon de remettre le Québec en marche, c’est de donner plus de pouvoir aux citoyens en renforçant considérablement leur prise sur les institutions démocratiques. Il ne faut plus que le citoyen se retrouve seul face au système, aux machines organisées des partis et des lobbies. Il faut que le peuple devienne le plus puissant lobby au Québec.

Des idées pour se remettre en marche : réformer notre démocratie

Certains commentateurs n’hésiteront pas à discourir sur l’« utopie » ou le « cliché » du « changement » qui s’impose. Mais les Québécois sont rendus là. Si leurs représentants politiques ne les suivent pas, ils vont les renvoyer chez eux à la prochaine échéance électorale. C’est aussi simple que ça.

Alors donc, qu’est-ce qui pourrait redonner confiance aux Québécois ? La consultation que j’ai menée ainsi que les lectures auxquelles je me suis adonné m’amènent à croire que nous devons lancer une grande réforme de nos institutions politiques afin qu’elles correspondent davantage aux souhaits des citoyens.

S’attaquer au déficit démocratique

Premièrement, notre régime de monarchie constitutionnelle doit être revu. Une plus grande séparation des pouvoirs exécutif (le gouvernement) et législatif (l’Assemblée nationale) doit être opérée. Tout en conservant l’élection des députés, j’estime que les Québécois doivent pouvoir élire leur premier ministre au suffrage universel. Celui-ci serait alors libre de choisir les membres du gouvernement à l’intérieur de la société civile ou encore parmi les députés.

Cela aurait plusieurs avantages. D’abord, le chef du gouvernement ne serait plus élu indirectement, « par la bande », comme dans le système actuel. Il aurait la légitimité d’avoir été choisi directement par la voix des urnes. Ensuite, puisque le choix du gouvernement serait un choix distinct du choix d’un représentant de comté, cela réduirait considérablement l’emprise des chefs de parti sur les élus de l’Assemblée nationale et, par le fait même, sur la fameuse ligne de parti. Une telle mesure forcerait les partis politiques à faire des compromis, à travailler ensemble puisque rien n’empêcherait, par exemple, les Québécois de choisir un premier ministre bleu, mais une majorité de députés rouges. Du coup, les stratégies partisanes et le ton hargneux lors des débats seraient, eux aussi, en perte de vitesse.

Deuxièmement, et comme cela est déjà indiqué dans le programme du PQ, il est plus que temps que les élections soient tenues à date fixe. La prérogative de choisir la date de l’élection, qui est actuellement un pouvoir exclusif au premier ministre, ne sert que les intérêts du parti au pouvoir. Avec des élections à date fixe, tous les partis et les candidats seraient sur un pied d’égalité. Ç’en serait fini des calculs partisans sur le déclenchement éventuel des campagnes électorales, calculs qui finissent par occuper beaucoup trop l’esprit des politiciens dont le devoir premier est d’être au service des citoyens.

Par ailleurs, la tenue d’élections à date fixe a au moins deux autres avantages. Le fait de connaître d’avance la date des élections et de ne plus dépendre des rumeurs d’élections et du bon vouloir du seul premier ministre permettrait des économies en activités préparatoires pour le Directeur général des élections (DGE). Par exemple, l’Ontario a économisé sept millions de dollars en préparatifs électoraux lors de la dernière campagne, qui s’est tenue à une date prédéterminée. De plus, des élections tenues à date fixe et toujours le dimanche favoriseraient la participation des 18 à 24 ans, ainsi que celle des personnes âgées ou à mobilité réduite qui auraient plus facilement accès à l’aide de proches pour les amener voter.

Troisièmement, je crois qu’il faut aussi remettre une part de pouvoir « direct » entre les mains des citoyens. Il faut que les Québécois détiennent un pouvoir d’initiative concret sur les décisions du gouvernement et de l’Assemblée nationale. À cet effet, je suis d’avis que l’État québécois doit disposer d’un processus de référendums d’initiative populaire. Bien entendu, cette pratique doit être bien encadrée. Mais l’essentiel demeure : il est fondamental que les Québécois aient le pouvoir d’intervenir par voie de référendum sur le cours des affaires de l’État.

Comment ça fonctionnerait ? Sur toutes les questions qui relèvent de la compétence de l’Assemblée nationale ou du gouvernement, les citoyens seraient autorisés, dans un cadre défini par le Directeur général des élections, à ouvrir un registre pour demander la tenue d’un référendum, l’objectif étant d’obtenir la signature de plus de 15 % (par exemple) des électeurs inscrits. Advenant l’atteinte de ce seuil, un référendum serait automatiquement déclenché et l’ensemble des électeurs aurait à se prononcer sur la question. Le résultat du référendum aurait force de loi, et contraindrait l’Assemblée nationale ou le gouvernement à agir en fonction de la volonté populaire.

Par exemple, dans la dernière année, des citoyens auraient pu choisir de s’organiser pour ouvrir un registre visant à déclencher une commission d’enquête sur la corruption et la collusion dans l’industrie de la construction et les liens avec le financement des partis politiques. En mobilisant suffisamment leurs pairs, ils auraient pu obliger le gouvernement à venir défendre son point de vue dans une campagne référendaire. Les électeurs auraient ensuite tranché et le gouvernement aurait été obligé de se plier à la volonté de 80 % de la population, qui exigeait une commission. Les citoyens auraient été écoutés.

Par ailleurs, en ce qui a trait à l’accession du Québec à son indépendance, j’estime aussi que le référendum d’initiative populaire est la meilleure marche à suivre. D’abord, parce qu’il est faux de prétendre que le PQ détient le monopole de la stratégie souverainiste. D’autres organisations et partis, avec lesquels on peut ne pas être d’accord sur toute la ligne, sont tout aussi légitimes pour porter le projet indépendantiste. Mais, en bout de ligne, sur la question nationale comme sur d’autres questions d’importance, il importe surtout de mettre les citoyens au cœur du processus. Quand les Québécois seront prêts à tenir un référendum sur leur avenir politique, ou sur un autre enjeu, ils en tiendront un. Et les partis politiques, le gouvernement, les députés seront obligés de s’y plier et auront tout le loisir de défendre une option ou l’autre.

Pour reprendre une formule consacrée, il faut que le citoyen sente que c’est lui qui a les deux mains sur le volant. Cela ne peut advenir que si nous changeons notre façon de choisir nos représentants. C’est pourquoi j’estime que le mode de scrutin actuel doit être changé. Au début de ma réflexion, j’avais une préférence personnelle pour un scrutin à deux tours, le mode de scrutin qui est en vigueur en France et dans d’autres pays. C’est une façon de choisir les députés en deux étapes : a) un premier vote permettant d’éliminer les candidats dont les idées sont moins représentatives de la population; b) un second vote permettant à la majorité de choisir le député parmi les candidats ayant obtenu le plus d’appuis au premier tour, dans une sorte de finale. Je me disais que ça serait un bon compromis entre le mode de scrutin actuel et la proportionnelle. Que ça aurait l’avantage de forcer les partis à travailler ensemble, à travers les alliances qui se tissent entre le premier et le second tour.

Je le pense toujours. Mais, dans les propositions qui m’ont été transmises, c’est le mode de scrutin proportionnel qui est revenu le plus souvent. Ainsi, mon idée n’est pas complètement arrêtée sur ce sujet. Manifestement, beaucoup de Québécois souhaitent que nous allions dans cette voie. Chose certaine, le mode de scrutin qui prévaut actuellement est désuet et sert mal l’objectif de représentation qui doit être au cœur du mandat de député.

À mon avis, le mieux serait donc de faire le débat sur le nouveau mode de scrutin pour ensuite demander au DGE d’organiser un référendum à choix multiples, où nous serions tous invités à choisir la façon dont nous voulons que soient élus nos représentants. Les élus et les candidats de tous les partis auraient la liberté de s’impliquer auprès d’un camp ou de l’autre.

Parce que le mode de scrutin, c’est tout simplement trop important et trop déterminant pour le laisser entre les mains des partis. Même avec les meilleures intentions, les partis font souvent des choix en fonction de l’avantage politique qu’ils pourraient en retirer. Il est donc capital que ce soit les citoyens qui tranchent par la voie d’un référendum.

En somme, pour s’attaquer au déficit démocratique, nous devrions :

1. Élire le premier ministre au suffrage universel.

2. Tenir des élections à date fixe.

3. Nous doter d’un processus de référendums d’initiative populaire.

4. Organiser un référendum sur le mode de scrutin.

Je pense que ces quatre mesures pourraient raviver notre démocratie et nos traditions politiques. À tout le moins, ça serait un bon point de départ.

Remettre les citoyens aux commandes

Mais ça ne sera pas suffisant pour vraiment relancer le Québec. Les changements doivent passer par les institutions démocratiques, c’est certain. Ils doivent également passer par une transformation importante de nos façons de faire de la politique. Si l’objectif est bel et bien de faire du peuple le plus gros et le plus fort des lobbies au Québec, une réforme parlementaire majeure s’impose. Elle s’impose parce qu’en dehors des campagnes électorales ou référendaires, il n’existe à peu près aucun processus de contrôle du travail des parlementaires et du gouvernement.

À cet égard, je pense que nous devrions instaurer un jury citoyen chargé d’évaluer le travail des parlementaires lors de la période des questions et lors des travaux en commission parlementaire. Ce jury serait chapeauté par le Protecteur du citoyen, ou une autre institution indépendante comme le Vérificateur général. Il devrait être formé avant chacune des sessions parlementaires selon un processus strict et aléatoire, comme les jurys en droit criminel. Ce jury aurait le mandat de décerner des mentions et des blâmes aux élus de l’Assemblée nationale. Par exemple, si un ministre ne répond jamais aux questions de l’opposition, le jury pourrait lui donner un blâme. Ou encore, si un député de l’opposition ne fait que poser des questions jugées trop partisanes, cela pourrait lui valoir un blâme.

Évidemment, il doit y avoir conséquence. Si un membre du gouvernement ou un député d’opposition est trouvé fautif, des sanctions pourraient lui être infligées. On peut parler de pénalités ou d’amendes, mais je crois que cela doit aller encore plus loin. Au bout de – disons – trois blâmes au cours d’une même session parlementaire, il pourrait y avoir ouverture d’un registre menant à la révocation du mandat du parlementaire.

Avec un mécanisme de vérification venant du peuple comme celui-ci, je crois que le triste spectacle partisan auquel nous assistons trop souvent à l’Assemblée nationale diminuerait en intensité.

En revanche, ce n’est pas seulement en changeant les règles au Parlement que nous viendrons à bout de la grande réforme qui s’impose. La trop grande partisanerie qui afflige la période des questions à l’Assemblée nationale puise aussi sa source dans la fameuse ligne de parti qui rebute tant de Québécois. Et ça, c’est la responsabilité des partis et des élus. Pas des institutions. Je suis bien placé pour le savoir : la crise que nous vivons présentement au sein du PQ est en partie causée par la rigidité de la ligne de parti. Je ne propose pas pour l’instant de l’abolir, mais je pense que la ligne de parti doit être assouplie considérablement. À mon sens, elle ne pourrait être invoquée que dans certains cas :

–       lorsqu’il est question des engagements électoraux du parti ;
–       lorsque le parti doit décider s’il accorde ou non sa confiance au gouvernement ;
–       lors des votes sur le budget ;
–       pour des raisons d’État.

Dans les autres cas, aucune ligne de parti ne pourrait être imposée. Le travail des parlementaires serait de représenter la population au sein des institutions et des partis, et non de représenter leur parti auprès de la population.

Un autre reproche qui est souvent revenu au fil de mes consultations, c’est le fait que les élus ne vont voir les citoyens que lors des campagnes électorales. Le travail de circonscription du député, tout comme celui au Parlement, a une importance capitale pour la bonne santé de notre démocratie. Les députés, à mon avis, doivent donc être plus transparents et plus redevables devant ceux qui les élisent. Je propose donc d’instaurer une assemblée publique obligatoire dans chacune des circonscriptions du Québec au terme de chacune des sessions parlementaires. Chaque député serait tenu de se présenter devant sa population pour faire état des travaux de l’Assemblée nationale et, surtout, pour écouter les citoyens et répondre à leurs questions. Les élus doivent impérativement rendre des comptes à leurs électeurs.

Ces quatre mesures permettraient de s’attaquer sérieusement au déficit représentatif qui mine notre démocratie, parce qu’elles contribueraient à rapprocher le citoyen du processus politique. Mais il y a un autre mécanisme à mettre en place qui, je crois, pourrait contribuer  lui aussi à assainir la politique au Québec.

Le temps est venu d’instaurer un Vérificateur général national (VGN). En effet, il faut élargir le mandat du Vérificateur général à l’ensemble de l’État québécois, soit : les ministères, tous les organismes publics, le réseau de la santé, le réseau de l’éducation ET les sociétés d’État, comme Hydro-Québec et la Caisse de dépôt. Le VGN aurait également pour mandat d’évaluer l’ensemble des programmes du gouvernement du Québec. Toute vérification interne faite par le gouvernement devrait donc être transférée au VGN, qui verrait ses ressources augmenter afin de s’acquitter de ce nouveau mandat.

Dans cette même optique et afin de rendre nos campagnes électorales plus transparentes, le VGN aurait aussi pour mandat d’évaluer les finances publiques et d’offrir un portrait clair de celles-ci, six mois avant les élections (à date fixe). La joute partisane autour de l’état réel ou maquillé des finances publiques ne serait dorénavant plus qu’un mauvais souvenir.

Finalement, le financement des partis politiques doit aussi être revu. Les Québécois ont été dégoûtés par de trop nombreux scandales de corruption liés à l’octroi des contrats gouvernementaux. Il faut s’attaquer de front au problème, frapper à la source même du système de prête-noms qui permet à certains de contourner la Loi régissant le financement des partis politiques. La meilleure façon d’y arriver serait, à mon avis, de plafonner les dons aux partis politiques à 100 $ par personne. Cette mesure, qui fait aussi partie du programme du PQ, aurait pour effet de diminuer considérablement l’influence indue des grands donateurs et des collecteurs de fonds sur les décisions gouvernementales. C’est donc une étape essentielle dans un processus visant à redonner confiance aux citoyens.

En somme, pour remettre les citoyens aux commandes, nous devrions :

5. Mettre en place un jury citoyen chargé d’évaluer le travail des parlementaires, allant jusqu’à la possibilité de révoquer le mandat d’un parlementaire.

6. Assouplir considérablement la ligne de parti.

7. Instaurer une assemblée publique obligatoire dans chacune des circonscriptions du Québec au terme de chacune des sessions parlementaires.

8. Instaurer un Vérificateur général national (VGN).

9. Offrir un portrait clair des finances publiques six mois avant les élections (à date fixe).

10. Plafonner les dons aux partis politiques à 100 $ par personne.

Je suis convaincu que le déficit de représentation qui est ressenti dans la population en prendra pour son rhume si on applique de telles mesures. À moyen terme, c’est toute notre culture politique qui serait radicalement transformée pour le mieux.

Les autres changements à apporter

Évidemment, il y a d’autres changements importants sur lesquels nous devrons plancher dans les prochains mois et les prochaines années. Les façons dont nous gérons notre système de santé, notre système d’éducation, nos infrastructures et nos ressources naturelles, tout comme notre vision de l’environnement, de la langue, de la culture et de nos finances publiques auraient, à l’instar de notre démocratie, tout autant besoin de profondes réformes. Les élus, en tant qu’individus, devront aussi faire un sérieux examen de conscience et travailler à mettre de côté le ton partisan qu’ils adoptent trop souvent.

Le PQ ne devrait faire l’économie d’aucun débat. Toutes les propositions devront être entendues et écoutées. La contribution du plus grand nombre possible de citoyens sera plus que nécessaire.

Mais, avant de pouvoir lancer ces autres grands chantiers, j’estime que la population doit retrouver un certain niveau de confiance envers ses élus et ses institutions politiques. C’est pourquoi je vous ai présenté une série de dix mesures qui changeraient le rapport de force politique en faveur des citoyens. Je suis convaincu que c’est une étape absolument essentielle pour pouvoir remettre le Québec en marche.

Et le Québec doit se remettre en marche. Nous avons de grands défis à relever. De plus, comme je l’ai mentionné en introduction, les Québécois sont avides d’un Québec ambitieux qui saurait les faire rêver. Ce n’est pas parce qu’on doit régler des problèmes urgents qu’il faut cesser de se projeter dans l’avenir. Les citoyens demandent à leurs élus d’être pragmatiques et concrets, certes, mais aussi d’être idéalistes et audacieux. À mon sens, il s’agit là d’une très bonne nouvelle pour l’avenir du mouvement souverainiste québécois.

La question nationale

J’ai toujours cru que c’était dans nos gènes d’être indépendants, comme individus, comme familles, comme nation. Mais avant d’en arriver à l’indépendance, les souverainistes vont devoir faire la démonstration qu’ils sont dignes de confiance et capables de trouver des solutions aux problèmes du Québec.

Les Péquistes doivent aussi faire leurs mea-culpa et reconnaître qu’ils se sont graduellement éloignés des préoccupations immédiates et légitimes des Québécois. C’est pourquoi une stratégie souverainiste comme celle du référendum d’initiative populaire serait gagnante : elle remet les Québécois au cœur du processus d’autodétermination nationale. Elle aurait aussi l’avantage de permettre aux élus souverainistes de se recentrer sur l’essentiel, de cesser de débattre de la date du prochain référendum et ainsi de sortir de l’attente du « grand soir ».

Bref, malgré les crises et le tumulte, l’option souverainiste peut avoir un bel avenir devant elle. Les Québécois disent simplement : montrez-nous qu’on peut vous faire confiance. Réglez les problèmes sans détour. Laissez le citoyen dans le siège du conducteur. Et on pourra ensuite faire un bout de chemin ensemble.

Conclusion

Le constat est sévère. Les Québécois s’attendent à beaucoup mieux de la part de leurs élus et de leurs institutions. Mais il y a de l’espoir : la plupart des citoyens qui m’ont écrit m’ont dit qu’ils croyaient encore qu’un grand changement était possible. Plusieurs d’entre eux pensent aussi que le PQ pourrait regagner leur confiance s’il s’engageait définitivement dans cette voie.

Le PQ peut redevenir la grande coalition qu’il a déjà été. Mais il devra pour cela redevenir le grand parti réformateur qu’il était lors de sa création et lorsqu’il a pris le pouvoir pour la première fois en 1976.

Parce qu’il n’y a pas de « vieille » ou de « nouvelle » façon de faire de la politique. Il y a de la mauvaise politique et de la belle politique. René Lévesque était un homme qui faisait de la belle politique, et la belle politique ne vieillit pas. Les valeurs, les convictions et l’engagement, ça ne se démode pas.

En 2011, la belle politique commande de s’attaquer aux deux problèmes les plus criants du Québec : le déficit démocratique et le déficit de représentation politique. Ce sont là les deux problèmes les plus criants parce que tant qu’on ne s’y sera pas attaqué, on ne sera pas capable de trouver des solutions durables aux autres problèmes, que ce soit sur le plan des infrastructures, des services publics ou de la question nationale, notamment.

C’est une évidence : sans la confiance et l’implication des citoyens, le Québec n’avance pas. J’invite donc tous ceux qui veulent qu’on se remette en marche à considérer sérieusement les propositions que je mets aujourd’hui sur la table. Et j’invite aussi tous ceux qui ne sont pas en panne de rêves à continuer de rêver. Les citoyens n’ont pas dit leur dernier mot. Le peuple peut devenir le plus gros et le plus fort des lobbies du Québec.

Ensemble, avec de bonnes idées pour le Québec, nous pouvons y arriver.

Bernard Drainville
Le 24 août 2011…

Read more