Je veux être votre voix

Voilà, c’est fait, nous avons lancé notre campagne pour la chefferie en manifestant notre volonté de redonner le Parti Québécois à ses militants. Je dis nous parce que si c’est mon nom qui sera inscrit sur le bulletin de vote, nous sommes en réalité toute une équipe.

Image de prévisualisation YouTube
Ça commence par ma famille, dont l’appui m’est absolument indispensable.

Ce sont ensuite mes trois collègues députés, dont l’appui me fait chaud au cœur. Guy Leclair, député de Beauharnois, un homme proche du monde, des travailleurs de la classe moyenne; Sylvain Roy, député de Bonaventure, un gars des région, très sensible aux questions sociales; et Alain Therrien, député de Sanguinet, un économiste chevronné, qui parle franc.

J’étais également entouré de dizaines de militants de ma circonscription de Marie-Victorin, des femmes et des hommes de cœur, indispensables. Des militants comme eux, le Parti Québécois en compte des milliers. Comme je le disais plus haut, une des choses que je voudrais accomplir au terme de cette campagne, c’est que le PQ redevienne le parti des militants. Qu’il redevienne cette grande institution démocratique, ce puissant moteur de changement qui a si bien servi le Québec.

Je pense aussi que le Parti Québécois doit se réconcilier avec les Québécois. Pour y arriver, il va falloir qu’on les écoute. Pour ça, on va devoir se remettre à écouter nos membres, qui eux incarnent le Québec de monsieur, madame tout le monde.

Il y avait de nombreux jeunes parmi nous. Ils sont sans complexe, plein d’ambition pour le Québec et on doit les écouter, leur faire beaucoup de place. C’est avec eux qu’on va dessiner et bâtir le Québec du 21e siècle.

Et avec les Québécois issus de l’immigration, eux aussi présents avec nous. Eux aussi désireux d’apporter leur contribution dans toutes les facettes de notre développement et de prendre leur place au sein de notre parti.

Cette course à la chefferie, j’ai l’intention de la gagner, mais pas en divisant, pas en attaquant les autres. On va faire une campagne positive, une campagne d’idées pour rassembler la grande famille du Parti Québécois.

Notre famille politique, mais aussi notre parenté politique, tous les autres indépendantistes. La gauche, la droite, les jeunes, les plus vieux, les pressés et les moins pressés : rassemblés, on est imbattables !

Si toutes nos voix se conjuguent, s’unissent, on va porter une volonté. Une conviction. On va devenir une voix. C’est cette voix que je veux porter dans cette course.

(Pour les notes du discours, cliquez ici).

Votre voix.
Bernard Drainville
Longueuil, 26 octobre 2014