La laïcité est un principe fondamental que je vais continuer à défendre

Québec, 15 janvier 2015
Communiqué

« Malgré ce qu’on a pu en dire, je persiste et signe : la laïcité est un principe fondamental que je vais continuer à défendre. Il s’agit d’un instrument collectif qui permet de nous rassembler autour de règles communes, de la neutralité de l’État, de l’égalité homme-femme et du rejet de l’intégrisme religieux. Au cours des nombreux entretiens que j’ai eus depuis des mois avec des Québécois issus de l’immigration en faveur de la laïcité, j’ai entendu les nombreux appels à présenter aussi un nouveau contrat pour favoriser l’intégration des nouveaux arrivants à notre société, en particulier sur le marché du travail. J’ai donc présenté hier un contrat d’intégration, de façon à envoyer un signal clair à tous les Québécois : nous sommes tous égaux, nous sommes tous appelés à former et à bâtir ensemble la nation québécoise, une nation fière de son identité et fière de sa diversité».

Nouvelle charte de la laïcité plus consensuelle

La nouvelle charte de la laïcité présentée par le candidat à la chefferie du Parti Québécois, se compose de dix éléments:

  1. Amender la Charte des droits et libertés du Québec pour inscrire la laïcité de l’État québécois, baliser les accommodements religieux et protéger le patrimoine culturel du Québec ;
  2. Créer un devoir de réserve religieuse et de neutralité religieuse pour les employés de l’État durant les heures de travail;
  3. Interdire le port de signes religieux ostentatoires pour les employés de l’État durant les heures de travail. Les cégeps, les universités et les municipalités sont dorénavant exclus du champ d’application des points 2 et 3. Ces établissements devront cependant se doter de leur propre politique de neutralité religieuse.
  4. Création d’une clause de droits acquis pour les employés actuels;
  5. Obligation du visage à découvert lorsque l’on donne et l’on reçoit des services de l’État;
  6. Établir une politique de mise en œuvre pour gérer les demandes d’accommodements et assurer la neutralité religieuse de l’État;
  7. Déplacer le crucifix du Salon bleu vers un lieu ouvert au public, une décision qui revient aux députés de l’Assemblée nationale;
  8. Création d’un observatoire de recherche-action sur l’intégrisme religieux et les crimes d’honneur;
  9. Création d’une ligne 1 800 sur les crimes d’honneur, qui servira à dénoncer toutes formes de violence faites au nom de l’honneur auprès des femmes et des hommes dont  de jeunes homosexuels : meurtres et tentatives de meurtre, mariages forcés, tests de virginité, séquestration, attaques à l’acide, suicides forcés.
  10. Création d’une équipe spéciale d’intervention composée de policiers, de travailleurs sociaux et d’intervenants de la DPJ formés spécifiquement sur les crimes d’honneur. Cette équipe serait responsable des interventions en la matière.

« Cette proposition reprend tous les principes de l’ancienne charte, mais avec des éléments de compromis qui élargiront le consensus au sein de la société. Depuis le 7 avril, de très nombreuses personnes m’ont demandé de continuer à défendre la laïcité, de me tenir debout, de ne pas me laisser abattre par les critiques. Je leur dis aujourd’hui que je serai leur voix, je serai la voix de la laïcité » a affirmé Bernard Drainville, ajoutant que « la laïcité envoie un signal fort contre l’intégrisme religieux, mais qu’elle ne s’attaque pas directement à ce fléau. Inspiré par la lutte de Fatima Houda-Pépin, j’ai ajouté trois propositions qui, je l’espère, nous permettront comme société de mieux lutter contre l’intégrisme religieux».

Pour en savoir plus, consultez la fiche technique.